Lors de l’AQUOPS 2013, j’ai donné un atelier sur le plan de travail interactif, la pédagogie inversée et sur l’utilisation du Ipod en salle de classe.  Voici l’article qui a été écrit par un journaliste du Récit, Maroussia Melia.

Merci à vous.

Le plan de travail interactif : un outil

pédagogique pour favoriser l’apprentissage

et l’autonomie des élèves !

« Monsieur, nous avons oublié nos plans de travail à la maison ! », dit parfois un groupe d’élèves au retour de la fin de semaine. Conscient de cette situation et pour répondre au besoin des parents souvent soucieux de suivre le travail scolaire de leur enfant, Pierre-Paul Rouleau et sa collègue Johanne Brabant ont mis en place un plan de travail interactif dans leur classe. Facile d’accès, ce plan peut être récupéré via l’appareil mobile des élèves en tout temps.

Par Maroussia Melia

Aux côtés de Julie Beaupré du Service local du RÉCIT de la Commission scolaire des Affluents, monsieur Rouleau a présenté son projet avec enthousiasme au groupe de participants. Avec sa collègue Johanne Brabant, également enseignante à la Commission scolaire des Affluents, il a souhaité intégrer le plan de travail interactif dans sa classe de 5e année, il y a deux ans pour faciliter la vie des parents…et celle des élèves. En effet, cette idée lui est venue parce qu’il constatait que ce plan était régulièrement oublié ou mal retranscrit, sans compter le temps nécessaire au recopiage. Il était alors difficile pour les parents de surveiller les devoirs.

Un outil accessible et interactif

Créé sur WordPress, le site de l’enseignant héberge le plan de travail interactif de sa classe. Par la suite, il est possible d’y intégrer de nouveaux liens au fur et à mesure ; des liens que l’on aura précédemment sauvegardés dans un nuage, comme sur Delicious, par exemple. Une fois en ligne, le site peut accueillir des activités pour différents domaines d’enseignement : vidéos pédagogiques en mathématiques, sondages de classe ou exercices de grammaire, tous ces exercices trouveront facilement leur place dans le plan de travail. Décrit précisément, l’algorithme pour créer son site web et intégrer du contenu sur le plan de travail est très bien illustré sur le site de Pierre-Paul Rouleau et devrait permettre aux intéressés de se lancer facilement dans l’aventure.

Modèle de plan de travail interactif, par Pierre-Paul Rouleau

Amener son iPod en classe

Pour avoir accès au plan de travail, les élèves ont été autorisés à apporter leur iPod ou leur iPad en classe. Grâce à l’appui de sa direction, de ses collègues et des parents, l’enseignant a pu lancer son projet pilote facilement. Suscitant l’enthousiasme de la majorité des parents, certains ont toutefois critiqué le projet en parlant d’inégalité, car tous les jeunes ne possèdent pas de iPod. Monsieur Rouleau précise toutefois qu’aucune pression n’est mise sur les parents : chacun est libre de son choix et les élèves qui n’ont pas d’appareil ne seront pas pénalisés. L’expérience suppose également que tous aient accès à Internet, ce qui semble être le cas dans la classe de l’enseignant. Pour éviter des vols et des dégâts avec les appareils, monsieur Rouleau a dû instaurer certaines règles, comme celle de garder les appareils sous clef pendant les récréations. Grâce à leur iPod, les élèves peuvent consulter le dictionnaire et le plan de travail, mais ont également la possibilité de le faire depuis un ordinateur de classe s’ils le souhaitent. 

La motivation au rendez-vous

Au fil des mois, de nombreux parents ont constaté un regain de motivation chez leur enfant, qui en plus de prendre des notes de cours, a développé une certaine autonomie face à ses devoirs. Pour se faire une idée dont son projet est accueilli parmi les élèves, monsieur Rouleau a mis en ligne un sondage leur permettant de donner leur avis sur l’utilisation du plan de travail interactif. À la lecture des résultats, on remarque que la consultation se fait majoritairement depuis un ordinateur et que les élèves trouvent son utilisation bénéfique pour leur apprentissage. D’une façon générale, l’enseignant note que les élèves qui ont le plus de difficultés scolaires ne vont pas forcément voir les vidéos mises à leur disposition et qu’il faut leur donner un petit devoir pour qu’ils se connectent sur le plan de travail. À la question d’une participante qui s’interroge sur le temps d’investissement que cela demande à l’enseignant pour créer son site, et surtout pour l’enrichir régulièrement de nouveaux liens, Pierre-Paul Rouleau mentionne qu’il ne vérifie pas qui a fait quel exercice, mais que l’objectif est de leur permettre « d’aller plus loin dans leur apprentissage » en utilisant des exercices pédagogiques pertinents déjà disponibles sur Internet.

Loin d’être un simple outil pédagogique, le plan de travail interactif permet aux élèves d’autonomiser leur apprentissage, tout en apprenant à travailler avec différents outils qui leur seront utiles pour la suite de leur scolarité !

La page de l’atelier 

Un article dans l’Infobourg 

Les réponses du sondage sur l’utilisation du plan de travail interactif (document Google Docs dont les résultats sont donc uniquement accessibles depuis un compte Gmail connecté) 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s